vendredi 19 décembre 2014

Everest 2014. Renjo La - Gokyo - Cho La - Gorakshep - Chukkung Ri

Trek dans le Solu Khumbu - Everest.

Decembre 2014


Depuis environ 7 années dans ce pays, je n'avais pas encore eu l'occasion d'approcher le plus haut sommet du monde. Je n'ai donc pas laisser passer ma chance d'être disponible et j'attendais le départ avec impatience, malgré le froid que tout le monde me promettait ! ! Mon itinéraire s'annonce assez optimiste et sportif, mais je ne suis pas pressé et pourrai modifier mes envies si besoin.


04/12 Jour 1.  Kathmandu > Lukla(2800m) > Phakding (2600m)

Grâce à un bon contact et à mes habitudes, j'ai pu obtenir de voyager en hélicoptère, pour le même prix que l'avion. MERCI. C'est la deuxième fois en 1 an, mais la première fois était dans des circonstances un peu particulières qui ont fait que ce n'était pas un réel plaisir... Ce fut un vol magnifique de 35 mn avec un temps super clair.
La piste de l'aéroport de Lukla est assez impressionnante, courte et pentue !


Je rencontre mon porteur/guide : Mingma et nous commençons le trek dès 11h30 pour 2 heures de marche pour s'échauffer, jusqu'à Phakding.

05/12 Jour 2.    Phakding (2600m) > Namche Bazar (3400m)

Pont suspendu sur la Dudh Koshi entre Phakding et Namche




Environ 6h de marche pour rejoindre le plus grand village de la région : Namche Bazar. Nous franchissons la rivière Dudh Koshi à plusieurs reprises via les ponts suspendus qu'il faut partager avec quelques yaks. La dernière séquence de montée avant Namche (2h) est une bonne mise en jambe pour la suite. J'aperçois l'Everest pour la première fois depuis un promontoire.
A Namche, c'est le jour du marché... l'occasion de constater que les prix ne sont pas du tout les mêmes qu'à Kathmandu. Environ 8 fois plus chers pour les légumes ! 







06/12 Jour 3.    Acclimatation à Namche Bazar (3400m)

Ama Dablam depuis Kumjung



Vue depuis Khumjung





Journée d'acclimatation à l'altitude : Petite randonnée de 04h30 vers Khumjung avec de vues magnifiques sur l'Ama Dablam, le Lhotse, l' Everest... 





07/12 Jour 4.    Namche Bazar (3400m) > Thame (3800m)

Courte marche d'environ 4h, mais très agréable. Une des plus belles matinées de cet trek avec un chemin facile en forêt de pins qui me rappelle certains paysages des Alpes. 

Monastère de Thamo




Nous nous arrêtons au monastère de Thamo (nonnes uniquement) que je trouve très joli et avec un bel échange avec une des 30 nonnes tibétaines.

A Thame, je prends mon premier (et sans le savoir, mon dernier) shampoing du trek dans l'eau fraîche du ruisseau.   La météo est toujours aussi belle : Grand soleil !
Village de Thame - Khumbu



08/12 Jour 5.    Thame (3800m) > Lungde (4400m)


5 heures de marche aujourd'hui avant le passage d'un col d'altitude le lendemain. Pour la première fois, le ciel est couvert avec des nuages bas. J'espère que cela se dégagera pour le lendemain qui est une étape dont j'ai beaucoup entendu parlé et que j'attends avec impatience et aussi avec une légère appréhension du fait de l'altitude. La vallée est assez large et aride. Nous ne sommes pas loin de la frontière avec le Tibet. Les chinois ont fermé tout échange depuis 4 ans, même pour les locaux et les caravanes de nomades.






09/12 Jour 6.    Lungde (4400m) > Renjo La (5360m) > Gokyo (4800m)


Avant le Renjo La


Très bonne nouvelle ce matin : Le ciel est de nouveau bleu et la journée s'annonce très belle pour passer le col de Renjo. La montée se fait en 2 temps avec un faux-plat au milieu. Il nous faut 5 heures avant d'atteindre le col dont j'ai du mal à voir le passage : La fin est super raide ! Je marche à mon rythme car Mingma doit avoir des gênes communs avec les yaks. Il est impressionnant d'aisance dans les montées.


Panorama depuis le Renjo La. Vue sur Gokyo - Everest - Lhotse - Nuptse...


Puis 3 heures pour descendre à Gokyo. Il faut faire attention aux passages glaçés au début de la descente. Pas besoin de crampons, mais une bonne concentration suffit. 
Arrivée sur Gokyo
La dernière heure est pénible et c'est la beauté du paysage qui doit me donner l'envie de marcher. Quand j'arrive au lodge, je file dans ma chambre et je réalise seulement alors que je suis très fatigué avec un bon mal de crâne. Je sais que c'est l'altitude, mais je suis confiant : Je bois beaucoup et j'ai de l'appétit. C'est bon signe. Mingma me dit que dans ce sens, c'est très fréquent. Une bonne dose de paracétamol, une bonne soupe, une ''bonne'' nuit et le lendemain cela devrait être bon : Et ce fût le cas. 





10/12 Jour 7.    Gokyo - Fifth Lake


Glacier Ngozumpa depuis le cinquième lac
Me voilà bien rassuré avec le mal d'altitude. Donc : Journée d'exploration de la vallée glacière. La région est composée de plusieurs lacs et nous allons jusqu'au cinquième. 6 heures de marche, aller-retour Gokyo. Le glacier est impressionnant. Sous les cailloux se cachent de énormes masses de glaces en mouvement.
L'atmosphère est étrange et particulière car tout se mélange : Le bruit du vent, du glacier et de la glace mugissante du lac. Le monstre du Loch Ness sortirait pour prendre l'apéro avec le Yeti que ça ne m'étonnerait pas ! !




11/12 Jour 8.    Gokyo Ri (5360m) > Dragnag (4700m)

Panorama depuis Gokyo Ri







Mingma devait venir avec moi pour aller au sommet du Gokyo Ri, un point de vue qui surplombe les environ et permet de voir l'Everest Mais j'ai remarqué qu'il n'aime pas trop se levé tôt et je pars donc sans lui. La montée se fait sans difficulté technique - 2h. Puis 1 heure de descente avant le déjeuner.









Après mangé, nous rejoignons Dragnag en 1h30 pour nous approcher du col de Cho La que nous devons passer le lendemain. Pour atteindre Dragnag, il nous faut traverser le glacier Ngozumba. Bien que les locaux assurent que les accidents soient rares, je ne suis pas trop rassuré. Sous ces apparentes collines de cailloux se cachent de énormes masses de glaces.L'atmosphère est étrange encore une fois avec différents bruits de glace qui craque, le vent et les éboulis de roches un peu partout. Bref nous passons sans soucis, mais avec soulagement.
Traversée du glacier entre Gokyo et Dragnag

12/12 Jour 9.    Dragnag (4700m) > Cho La ( 5330m) > Dzonghla (4800m)


Col de Cho La versant est
Nous nous levons tôt et nous faisons équipe avec un allemand et son guide. Je trouve la première heure très pénible et ne regarde que mes chaussures. C'est l'allemand qui impose son ryhtme : Plus lent, mais très régulier. Ca me convient très bien ce matin. Ce col est un peu bizarre car en 2 temps avec un faux plat au milieu. La fin est déconcertante car on a beau apercevoir, à 300m, la brêche au sommet de la montagne, on ne voit pas le sentier qui y parvient et je me demande comment on va passer dans cette rocaille. C'est bien pentu! Nos efforts sont récompensés après 4 heures. Et toujours le soleil et le ciel bleu pour ces endroits magiques: J'ai de la chance !
Panorama orienté ouest depuis le Cho La






La première partie de la descente n'est pas facile par contre avec beaucoup de glace et un chemin peu évident sur névé. Il nous faut 2 heures pour atteindre Dzonghla. Quelques jours après je vais rencontrer un chinois au look improbable en jeans-basket-grosse sacoche photo- grosse lunette ronde. Il est seul et sans accompagnement. Je vais le dissuader de passer le col, mais il a essayé. D'autres français l'ont rencontré : Il glissait et tombait sans cesse sur la glace et demandait aux autres de le prendre en photo alors qu'il lui restait un trèsssssss long chemin à faire et sans garantie de succès. J'ai rencontré beaucoup d'inconscients aussi qui prenaient des risques avec l'altitude pour atteindre leurs objectifs. A leur tête, ce n'était pas une partie de plaisir d'être là ! !

Après Cho La en descendant vers Dzonghla



13/12 Jour 10.    Dzonghla (4800m) > Gorakshep (5150m)

Journée grise pour la première fois depuis le début du trek. Descente vers Lobuje en 2h30 et montée régulière vers Gorakshep en autant de temps. Il y a une légère bruine avec quelques flocons. On ne voit pas les sommets. Cela ne semble pas engageant. Gorakshep est le dernier hameau avec des lodges avant le camp de base de l'Everest et les expéditions. Je reste au chaud dans l'après-midi pendant que quelques touristes vont jusqu'au camp de base alors qu'il n'y a rien à voir. Un australien revient exténué. Le soir la neige commence à tomber. Vers  23h, l'Australien est pris de nausées et souffre sévèrement de l'altitude. Pas le choix : Il faut redescendre. En pleine nuit et avec les bourasques de neige, ils en ont au moins pour 3 heures de marche. Je n'ai pas eu de nouvelles par la suite.... cela a du être un sacré calvaire ! Pas de photos donc. Idem pour le lendemain.

14/12 Jour 11.   Gorakshep (5150m) > Dingboche (4400m)

Il a donc neigé toute la nuit et encore ce matin. Il y a environ 20-25 cm de poudreuse. Il y a des rafales de vent. Je ne sais pas si je reste au chaud ou si je redescends en altitude. Personne n'a de certitude météo et la plupart des personnes souhaitent redescendre dans la vallée. Je vais donc suivre le mouvement sans grande excitation et renonce à monter le Kalapatar qui offre un beau point de vue sur l'Everest. Cela ne me dérange pas trop car ce n'est pas le plus beau, mais je dois renoncer au 3ème grand col que j'avais en tête : Le Kongma La. Celui-ci à l'air magnifique et un alpiniste français croisés quelques jours plus tôt en avait été fortement impressionnés. Tant pis. Je ne veux pas prendre de risques avec ce col dont je sais que le chemin n'est pas toujours facile à trouver, même sans neige...
Chaudement vêtu, on se lance dehors avec un allemand et son guide. Les premières 20 mn sont très dures et j'ai des nausées à cause du froid et de la difficulté à respirer. Je marche très doucement et petit à petit, je m'habitue au froid et me réchauffe en marchant. Au bout d'1h30 de descente, on arrive à Lobuje. Mingma me demande si je veux faire une pause ! ! Quelle question : Bien sur ! ! Dans le hall du lodge, j'enlève la neige des vêtements et même si je le sentais en marchant, je réalise que je suis gelé : Les vêtements et toute les parties de la tête exposées : bouche, nez, cils et sourcils : C'est de la glace. En enlevant mes lunettes, je découvre même un glaçon qui s'était formé entre mon oeil et le verre. Je ne m'en étais pas rendu compte et je ne sais pas comment je faisais pour voir !  Une bonne soupe chaude avec des nouilles est donc bien appréciée ! !
Pendant ce temps, la neige cesse de tomber. Nous continuons donc à descendre (3h de marche) dans de meilleures conditions jusqu'à Dingboche.

15/12 Jour 12.   Dingboche (4400m) > Chukkung Ri (5500m)

Entre Dingboche et Chukkung

Mingma
La nuit a été très bonne et réparatrice. Le matin, le ciel est de nouveau dégagé et le ciel bleu. Nous marchons vers Chukkung. 2h de légère montée dans la poudreuse. Très agréable. A Chukkung, les environs sont magnifiques. Mingma me dis que c'est l'endroit qu'il préfère. Ca ne m'étonne pas. Après déjeuner et vu la météo, nous décidons d'aller au sommet du Chukkung Ri. Le point de vue y est superbe en particulier sur l'Ama Dablam, la Makalu, le Pumori... ! !
Comme il y a de la neige, le sentier n'est pas visible et Mingma ne se complique pas la tâche : Il va tout droit, aussi vite qu'une chèvre et ne s'embête pas à faire des zigzag pour adoucir la montée.  Je le suis... mais de loin ! On doit pas avoir pas les mêmes gênes !

Panorama depuis Cgukkung Ri. Ama Dablam - Makalu


Vue sur le Pumori depuis Chukkung Ri


La redescente vers Chukkung, dans la neige poudreuse, est très sympa. Tout schuss.On se fait vraiment plaisir avec de bonnes glissades. S'il nous a fallu environ 3 heures pour monter à 5500m, il ne nous faudra qu' 1 heure pour redescendre. Les nuages recouvrent vite la région pendant la descente et c'est de nouveau voilé. Pour ce dernier sommet, j'ai encore eu énormément de chance avec la météo. Pendant ce trek, pour chaque col que j'ai passé ayant des vues magnifiques, j'ai toujours eu une visibilité parfaite au passage du sommet. Le trek de la chance !!

16/12 Jour 13.   Chukkung > Namche Bazar (3400m)







Il a encore neigé un peu. Il faut désormais pensé à redescendre pour la fin du trek. Theo m'a demandé de lui rapporter le Père Noël et je suis désormais impatient de retourner à Kathmandu (et de prendre une douche chaude). La journée de marche s'annonce sympa, mais longue. 7h pour redescendre à Namche Bazar. Les tendons du talon commencent à siffler, mais rien de méchant. Il y a des endroits où il faut faire attention à la glace qui s'est formée. Ca peut être très ''casse-gueule''. Nous croisons quelques sherpas des villages d'altitude qui remontent leurs enfants pensionnaires depuis les écoles situées en bas de vallée : Les vacances d'hiver commencent. 






17/12 Jour 14.   Namche Bazar (3400m) > Lukla (2800m)

Fin du trek après 5h30 de marche et une dernière montée pour finir avant de rejoindre Lukla. Au lodge du père de Mingma, les tuyaux du système solaire sont gelés. Je m'y attendais. La douche chaude sera donc pour Kathmandu. Je fais quand même mon deuxième shampoing depuis le départ. Ca gratte ! !
Mingma me cuisine un dernier repas, celui qu'il préfère et qui est traditionnel en hiver : Des pancakes au pomme de terre avec une sauce-maison très épicée. En option et pour me faire plaisir, j'avais pris une assiette de Chicken Chili.  J'ai bien fait car le Chicken Chili m'adoucit la bouche tellement la sauce-maison est ''vitaminée'' ! !

18/12 Jour 15.   Lukla (2800m) > Kathmandu

Très beau temps ce matin pour le retour à Kathmandu. L'avion n'a pas de retard. Le vol est magnifique. Je suis à Kathmandu à 10h30.... et sous la douche à 11h30. L'eau est tiède, mais c'est déjà très bon ! !
aéroport Lukla



J'ai rédigé l'exposé de ce trek de manière rapide et essentiellement pour partager quelques photos de montagne. J'ai fait l'impasse sur beaucoup de choses et d'aspects. Si vous voulez approfondir, c'est à vous de venir sur place pour vivre votre propre aventure....



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire